Периоды в развитии французской лексикографии



В развитии лексикографии французского языка различают три периода:

- дословарный период (VIII–XI вв.);

- ранний словарный период (XV–XVIII вв.);

- научный этап в развитии французской лексикографии (начиная сXIX в.).

Дословарный период характеризуется составлением глоссариев, объясняющих малопонятные слова, как правило, из библейских текстов. К ним относятся Рейхенауские глоссы (VIII век), содержащие 1300 латинских слов, Кассельские глоссы с 265 старофранцузскими словами. Дословарный период завершается формированием национального французского языка.

Ранний словарный период (донаучный этап) характеризуется появлением лексикографических работ практического значения. Это Dictionarium latino-gallicum Роберта Этьена (1539 г.), французско-латинский словарь Ж. Нико (1606 г.), содержащий значения слов, орфографию и этимологию. В 1611 году в Англии выходит англо-французский словарь Котгрейва.

Первый толковый словарь был составлен Пьером Ришле (1680 г.), куда были включены слова bon usage. Первый академический словарь вышел в 1694 году, где слова группируются не по алфавиту, а по этимологическим гнездам. Во всех последующих изданиях словаря (1718, 1740, 1798 гг.) слова располагаются в алфавитном порядке, но пуристическая традиция продолжается (архаизмы, неологизмы, технические термины, простонародные слова не включены).

В этот же период издаются некоторые специальные словари (по математике, по торговле).

Научный этап (начиная с XIX в.) связан с оформлением языкознания в самостоятельную науку. Наиболее значимыми лексикографическими трудами XIX века считают словарь Пьера Ларуса “Nouveau dictionnaire de la langue française ” (1856 г.), а также его энциклопедический словарь в 17 томах (1866–1876 гг.). В этот же период появляются словари диалектов Франции, а также словарь синонимов Б. Лафэ.

Типы одноязычных словарей

Различают следующие типы словарей:

· одноязычные словари (толковые, энциклопедические, терминологические);

· двуязычные и многоязычные (переводные).

А. Толковые словари (dictionnaire de langue) представлены прежде всего четырехтомным словарем Э. Литтре “Словарь французского языка” (1873г.) и “Общим словарем французского языка” А. Ацфельда, А. Дармстетера и А. Тома (1900 г.).

Словарь Литтре – один из наиболее полных по объему материала, включает неологизмы, технические термины, просторечия и диалектные слова. Все лексические единицы снабжены объяснениями, а также сведениями по этимологии и произношению.

Словарь Ацфельда отличается от словаря Литтре более строгой классификацией значений слов. Вместе с тем, словарь Ацфельда несколько архаичен.

Словари серии “Робер” “ Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française ” (1951–1972 гг.) и “Petit Robert ” (1967 г.) являются более полным отражением лексики XX века. Они включают не только слова литературно-письменного языка, но и научно-технические термины, неологизмы, заимствования и диалектизмы. Четко разработанная система помет указывает стилистическую окраску слова, сферу употребления. В словарях серии Робер даны парадигматические и синтагматические характеристики слов (синонимия, антонимия, омонимия, сочетаемость), его транскрипция и этимология.

В 2001 году издан новый шеститомник “Большого Робера”, переработанный и обновленный, включающий неологизмы последних лет.

Тезаурус французского языка – уникальный по замыслу лексикографический труд. Его задача – создание полного словаря от старофранцузского периода до 1960 года. Словарь составляется с учетом достижений современной лексикографии.

Б. Энциклопедические словари.Издательство Ларуса – крупнейшее лексикографическое предприятие, выпустившее в свет “Большой универсальный словарь XIX века” в 17 томах, который является одновременно и словарем и энциклопедией. Последнее издание “ Grand Larousse éncyclopédique ” (1964 ã.), наряду с энциклопедическими сведениями, сообщает и данные лексикографического характера: сферу употребления слова, объяснение значений сопровождается примерами, взятыми из произведений современных авторов, отражены парадигматическое , синтагматические и эпидигматические отношения слова.

Наибольшей популярностью пользуется словарь “ Nouveau Petit Larousse ”, неоднократно переиздававшийся. Он состоит из 2-х частей: первая – собственно словарная, вторая – энциклопедическая. “Малый Ларус” включает около 70 000 словарных статей, отражающих современное словоупотребление. Кроме общеупотребительной лексики, “Малый Ларус” включает научно-технические термины, заимствования, просторечия.

В. Специальные словари.Во второй половине XX века во Франции издается многочисленные специальные словари по разным отраслям, так называемые Dictionnaires aide-mémoire, êоторые можно разделить на 3 группы:

389. Словари-энциклопедии по истории, культуре, религии, включающие биографические данные ученых и деятелей культуры. Например, словарь “ Quid ”.

390. Словари-справочники по лингвистике: “ Dictionnaire de la prononciation française dans sa norme actuelle ” â 2-х томах, а также многочисленные словари по орфографии, лексическим и грамматическим трудностям. К этой же группе можно отнести аналогические словари, такие как словари синонимов: Bailly (1947), Bénac (1956), Genouvrier (1977), а также академический словарь Dictionnaire des synonymes (2000 г.), словари антонимов, омонимов, фразеологические и прочие словари лингвистического характера.

391. Словари-справочники, объясняющие терминологическую лексику из разных областей науки и техники: словари по экономике, медицине, информатике и пр.

Двуязычные словари

Разобрать самостоятельно, сделать конспект. См.: З.Н. Левит. Лексикология французского языка. М., 1979. – С. 48.

ЛИТЕРАТУРА

1. Lopatnicova N .N., Movchovitch N.A. Lexicologie du français moderne. M., 2001. – P. 219–246.

2. Левит З.Н. Лексикология французского языка. М., 1973. – С. 34–49.

ВОПРОСЫ, ЗАДАНИЯ, УПРАЖНЕНИЯ

392. Дайте определение лексикографии, укажите принципы, на которых она базируется.

393. Охарактеризуйте структуру словаря.

394. Назовите два подхода при решении проблемы омонимии – полисемии при составлении словарей.

395. Охарактеризуйте основные этапы в развитии французской лексикографии.

396. Охарактеризуйте словари серии Робер.

397. Охарактеризуйте словари серии Ларус.

398. Проанализируйте сходства и различия толковых и энциклопедических словарей.

399. Перечислите основные характеристики двуязычных словарей.

400. Проанализируйте нижеследующие дефиниции слова joie (f), выберите наиболее удачную и обоснуйте ваш выбор:

§ Emotion agréable et profonde, sentiment exaltant ressenti par toute la conscience (Petit Robert).

§ Vive impression de plaisir que la possession d’un bien réel ou imaginaire fait éprouver (Petit Larousse).

§ Sentiment de grande satisfaction, de vif plaisir, que la possession d’un bien réel ou imaginaire fait éprouver (Dictionnaire du français contemporain).

401. Определите слово по дефинициям:

§ Action d’exiger de qqn de l’argent ou quelque avantage sous la menace de la révélation d’un scandale.

§ Terreur extrême et soudaine, généralement irraisonnée et souvent collective.

§ Instrument tranchant servant à couper, composé d’une lame et d’une manche.

ТЕСТ 9

402. Соотнесите нижеследующую дефиницию с соответствующим лексикографическим термином: L’ensemble de l’entrée et de l’information s’appelle :

а) номенклатура словаря;

б) словарная статья.

403. Словари серии Робер отличаются от других типов словарей на основе следующих признаков:

а) одноязычные, специальные;

б) одноязычные, толковые;

в) одноязычные, энциклопедические.

404. Словари синонимов характеризуются следующими признаками:

а) одноязычные, специальные;

б) одноязычные, общие.

405. Определите слово по следующей дефиниции: journal, revue, qui paraît chaque semaine, chaque mois, chaque trimestre, etc:

а) magazine;

б) périodique;

в) brochure.

406. Соотнесите нижеследующую статью с одним из словарей:

Compétence: Dénier, discuter, décliner, reconnaître, dépasser la compétence de quelqu’un. Ressortir de la compétence de quelqu’un. Se fier à, s’en remettre à. – Quel. : haute, rare, discutable, indiscutable, universelle, incontestée.

а) dic. de langue;

б) dic. analogique;

в) dic. encyclopédique.

КЛЮЧИ К ТЕСТАМ

№1: 1 – б, 2 – в, 3 – а, 4 – б, 5 – в, 6 – б, 7 – б.

№2: 1 –б, 2 – а, 3 – б, 4 – в, 5 – б, 6 – в, 7 – а.

№3: 1 – а, 2 – б, 3 – б, 4 – в, 5 – б, 6 – в, 7 – а, 8 – в.

№4: 1 – б, 2 – в, 3 – а, 4 – б, 5 – в, 6 – б, 7 – в, 8 – а, 9 – в, 10 – а.

№5: 1 – а, 2 – в, 3 – б, 4 – в, 5 – в, 6 – а, 7 – в, 8 – б.

№6: 1 – а, 2 – б, 3 – б, 4 – а, 5 – а.

№7: 1 – б, 2 – а, 3 – в, 4 – а, 5 – в, 6 – а, 7 – а, 8 – а, 9 – в, 10 – в.

№8: 1 – б, 2 – б, 3 – а, 4 – б, 5 – а, 6 – в, 7 – б, 8 – а.

№9: 1 – б, 2 – б, 3 – а, 4 – б, 5 – б.

ТРЕБОВАНИЯ К ЭКЗАМЕНУ

Экзамен по курсу лексикологии французского языка включает два теоретических вопроса, различающиеся по объему: первый вопрос носит проблемный характер, а второй – более практический. Студент должен показать глубокое понимание материала, уметь четко и аргументировано формулировать проблемы курса, владеть специальной терминологией, давать всестороннюю характеристику лексики (происхождение, способы словообразования, парадигматические ряды и т.д.).

К экзамену допускаются студенты, имеющие зачет по контрольной работе.

ЭКЗАМЕНАЦИОННЫЕ ВОПРОСЫ

407. Предмет и задачи лексикологии.

408. Место лексикологии в системе лингвистических дисциплин.

409. Лексика как система.

410. Учение о слове на современном этапе. Определение и характеристики слова.

411. Слово и понятие.

412. Проблема значения слова. Типы значений.

413. Структура лексического значения.

414. Слова мотивированные и немотивированные. Типы мотиваций.

415. Семантика, ее предмет и задачи.

416. Изменение и развитие значения. Причины семантического развития.

417. Полисемия и моносемия.

418. Метафора и метонимия.

419. Гипербола, литота, эвферизмы.

420. Способы словообразования (фонетический, морфологический, морфосинтаксический).

421. Проблема продуктивности суффиксации.

422. Префиксация.

423. Проблемы словосложения.

424. Модели словосложения.

425. Конверсия.

426. Аббревиация и ономатопея.

427. Синонимия.

428. Антонимия.

429. Омонимия.

430. Предмет и задачи фразеологии. Признаки ФЕ.

431. Классификации ФЕ.

432. Роль заимствований в обогащении словаря.

433. Ассимиляция заимствований.

434. Современная французская лексикография.

КОНТРОЛЬНАЯ РАБОТА

ВАРИАНТ I

435. Назовите основные функции слова.

436. Опишите структуру лексического значения слов père и mère.

437. Перечислите характеристики полисемов.

438. Приведите аргументы в пользу продуктивности суффиксации в современном французском языке.

439. Назовите признаки фразеологической единицы.

440. Определите словообразовательный тип:

fatigue, n.f., prof, n.m., appel, n.m.. vol, n.m., bus, n.m., kilo, n.m., météo, n.f., vélo, n.m., réac, n.m., oubli, n.m.

441. Укажите происхождение следующих заимствований:

congrès, n.m., club, n.m., algèbre, n.f., spoutnik, n.m., chiffre, n.m., trinquer, v., zinc, n.m., potasse, n.f., alcool, n.m., sport, n.m.

442. Сгруппируйте сложные слова по моделям образования, укажите тип отношений между компонентами: ouvre-boîte, bas-relief, coupe-papier, avant-scène, franco-russe, mange-disque, rouge-gorge, café-concert, presqu’île.

443. Назовите глаголы, образованные от прилагательных: noir, rouge, jaune, vert, dur, égal, mobile, moderne, utile, pur, glorieux, juste.

444. Укажите прямое значение и метафорическое:

§ la clarté du jour

la clarté de la langue

§ le sol sec

le coeur sec

§ la racine du mal

la racine de l'arbre

§ couper la conversation

couper la viande

§ l’eau chaude

la couleur chaude

445. Дайте определение понятию “лексикализация”. Приведите примеры.

ВАРИАНТ II

446. Дайте определение денотативного и коннотативного значений.

447. Назовите причины изменения значения слова.

448. Назовите основные типы семантических трансформаций.

449. Что такое лексикализация? грамматикализация?

450. Назовите этапы ассимиляции заимствований.

451. Определите тип семантических трансформаций:

l’aiguille de la cathédrale, une pensée amère, boire du beaujolais, la Maison Blanche, le coeur de l’été, toute la ville en parle, un accueil froid, la fleur de l’âge.

452. Определите тип конверсии:

calculer juste, air canaille, robe lilas, sentir bon, musique nègre, tenir ferme, gouvernement fantôme, frapper fort, parler français, marcher droit.

453. Укажите происхождение заимствований и степень их ассимиляции: film, piano, symptôme, guitare, rosse, pantalon, rugby, tango, robe, vedette, romance, façade, école.

454. Объясните значение суффиксов в следующих глаголах: mordiller, clignoter, chantonner, ânonner, écrivasser, tapoter, vivoter, rêvasser, pleurnicher, réveillonner.

455. Определите первый компонент сравнений:

… comme une pie, … comme un jour sans pain, … comme un poisson, … comme un Paon, … comme un sourd, … comme i, … comme un rat d'église, … comme un âne, … comme un jour de pluie, … comme une image.

pauvre, têtu, sage, long, crier, droit, triste, nager, bavard, fier.

456. Чем отличается композит от свободного словосочетания? от аналитического слова?

ВАРИАНТ III

457. Назовите типы лексических значений.

458. Что такое асимметрия лингвистического знака?

459. Перечислите характеристики моносемов.

460. Назовите критерии выделения сложных слов.

461. В чем основное отличие аналитических и фразеологических единиц.

462. Определите тип конверсии:

robe citron, crier fort, costume sport, problème clé, chanter faux, voir juste, voter socialiste, sac crocodile, air diable, aspect guerre.

463. Образуйте глаголы от прилагательных:

blanc, égal, mobile, moderne, net, fort, rouge, obscur, simple, aigu.

464. Определите тип аббревиатур:

OVNI, n.m., pitaine, n.m., ciné, n.m., ricaine, n.m., bac, n.m., USA, n.f., amphi, n.m., labo, n.m., bus, n.m., CEI, n.f.

465. Укажите происхождение слов и степень их ассимиляции:

ambassade, n.f., tomate, n.f., baroque, adj., caporal, n.m., cigare, n.m., brigade, n.f.

466. Определите тип мотивации значения:

journaliste, jacasser, jaunir, brouhaha, lisible, alunir, ronronner, mange-disque, fortifier, mouche (espion).

467. Объясните в терминах лексикологии трудности перевода следующей фразы: Кроме мужчин, есть на свете женщины, которые тоже люди. (Н.Г. Чернышевский)

Методические рекомендации по выполнению контрольных работ

Для успешного выполнения контрольной работы необходимо:

468. Основательно проработать теоретический материал, соответствующий теме задания. Например, при описании асимметрии лингвистического знака целесообразно глубоко изучить общую теорию слова, а также вопросы соотношений означающего и означаемого как основного условия семантических трансформаций.

469. Проанализировать конкретные случаи реализации того или иного теоретического положения.

470. Проиллюстрировать все теоретические положения примерами практической лексикологии.

КРАТКАЯ ХРЕСТОМАТИЯ

ТЕМА 1

J. Dubois. Dictionnaire de linguistique. Librairie Larousse, 1973.

Lexicologie

On appelle lexicologie l’étude scientifique du vocabulaire.

La question de la légitimité d’une lexicologie a été posée par le structuralisme à son début.

ccccccccccccccccccc. Si les mots ne constituent pas un système, si le lexique ne peut pas être que la liste des irrégularités fondamentales, le linguiste, soucieux de mettre au jour l’aspect systématique de la langue (perspective saussurienne), se détournera de l’étude lexicologique. Cette réflexion explique en partie le retard pris par les études lexicologiques sur les autres branches de la linguistique. Cependant, les exemples lexicaux donnés par F. de Saussure indiquaient bien que celui-ci considérait le vocabulaire comme un niveau linguistique tout à fait systématique. En fait, beaucoup de linguistes modernes ne posent plus la question en ces termes. Au lieu de se demander s’il y a une structure du lexique, ils se demandent si l’on peut structurer le lexique.

ddddddddddddddddddd. La légitimité de la lexicologie est aussi mise en question par toute une école refusant le secours au sens (L. Bloomfeld). Pour cette école, la signification d’un énoncé ne pouvant être établie que par la psychologie (par l’étude des situations et des comportements – réponses) et par les sciences concrètes (une pomme est un fruit pour le botaniste, non pour le linguiste), le descripteur linguistique ne pourra étudier les valeurs et les oppositions sémantiques des unités lexicales.

eeeeeeeeeeeeeeeeeee. Pourtant, la lexicologie structuraliste est en germe dans l’enseignement de F. de Saussure. Bien que la première discipline née de cet enseignement ait été la phonologie, c’est en effet sur le mot que réfléchit de F. de Saussure. Parti de la critique de la notion naïve de la langue conçue comme une nomenclature (correspondance univoque entre le nom et la chose), il en vient à affirmer que le sens d’un mot est purement négatif, puisque le mot est envisagé dans un système de rapports et que la seule réalité signifiante provient des délimitations que lui impose l’existence de ce système.

Le mot est donc susceptible d’être étudié dans le cadre des rapports syntagmatiques et paradigmatiques. Tout mot d’une langue sera considéré comme participant à une structure qu’il conviendra d’étudier selon les deux axes. Sur l’axe des substitutions (axe paradigmatique : synonymie, antonymie), sur l’axe des combinaisons (axe syntagmatique), on étudiera les capacités du mot dans la chaîne parlée, avec les variations de signification qui en résultent (polysémie du mot, par exemple : un chef de rayon, un rayon de soleil, une roue à rayons).

F. Gaudin, L. Guespin. Initiation à la lexicologie française. Ed. Duculot, 2000.

La langue : un système

Pour Saussure, l’objet de la linguistique est la langue prise en elle-même. On le sait, la langue est un système. Cette notion, centrale, ne doit pas être considérée de façon figée : si la langue est un système, c’est un système en perpétuel mouvement et que l’on considère, pour les besoins de la description et de l’analyse, à un moment donné.

Ce système n’apparaît pas de prime abord, il est construit par l’analyse. Mais avant d’aller plus avant, il convient de préciser ce qu’il faut entendre par système à propos de la langue. Il s’agit de poser que les unités constitutives de langue (phonèmes, morphèmes, syntagmes) sont liées par des relations qui fondent la solidarité de ces unités. Aussi une unité ne change-t-elle jamais de façon isolée : c’est l’équilibre du système qui évolue. Au sein de ce système, les unités n’ont donc aucune valeur indépendamment des relations d’équivalence et d’opposition qu’elles entretiennent. Par exemple, le mot révolution s’opposait au XIXe à celui de réaction ; au siècle suivant, il s’opposera à réforme, ce dernier concurrent, moins marqué négativement, modifiera par retour la valeur du mot révolution. On voit que les notions de valeur du signe et de système de la langue sont inséparables.

Quant aux relations qui structurent la langue, Saussure les classe en deux catégories : les relations syntagmatiques (combinaison) et paradigmatiques (sélection des unités). D’un côté, les mots sont saisis dans les relations qu’ils entretiennent au sein des messages émis, des énoncées : c’est le domaine privilégié de la syntaxe ; de l’autre, ils sont saisis dans leur relation de commutation (les relations associatives). La difficulté réside dans le fait que les termes ne se présentent ni en nombre défini, ni dans un ordre déterminé.

Pour reprendre l’exemple de Saussure, à partir de enseignement, rien ne permet d’arrêter le réseau des relations associatives, formation, instruction, éducationetc. Toutefois, il est possible d’approcher les relations qui structurent le lexique et notamment celles qui sont mises en œuvre dans les définitions lexicographiques. On peut considérer comme fondamentale l’opération qui conduit Saussure à substituer à une notion de sens commun – le mot – cet objet d’étude scientifique qu’il définit comme signe, unité insécable d’un signifiant et d’un signifié insérée dans un système.

ТЕМА 2

Gaudin F., Guespin L. Initiation à la lexicologie. Ed. Duculot, 2000, p. 207.

Le problème du mot

Il nous faut maintenant … considérer le problème que pose l’objet d’étude de la lexicologie : le mot. En effet, si l’on définit cette dernière comme l’étude du lexique, en posant qu’il s’agit d’un système structuré composé d’unité linguistique, il faut se poser la question de l’unité de ce système.

Souvenons-nous que Saussure, s’il promeut la notion du signe, ne néglige pas celle de mot : “ il faudrait chercher sur quoi se fonde la division en mots, dit-il, car le mot, malgré la difficulté qu’on a à le définir, est une unité qui s’impose à l’esprit, quelque chose de central dans le mécanisme de la langue. ”

La question du mot est centrale dans la réflexion de nombreux linguistes… Nous aborderons juste les modèles proposés par deux linguistes qui ont marqué le développement de la linguistique structurale, André Martinet et Bernard Pottier.

Pour André Martinet, le mot c’est “ un syntagme autonome formé de monèmes non séparables ”, le monème étant l’unité significative minimale que l’on peut dégager dans la chaîne parlée. Il faut donc trouver des unités pertinentes pour le niveau de l’analyse linguistique.

Reprenons sa démonstration. Considérons deux énoncés : dans le château et donnerons. Dans un cas, on est face à un mot, dans l’autre trois. Mais donnerons se découpe, par opposition aux autres formes de la conjugaison, en donn-er-ons, trois formes pourvues d’un sens : donn- peut commuter avec toutes les bases des verbes du premier groupe, -er- commute avec “ infixe 0 ” (une absence de signe), ou avec -i-, (infixe d’imparfait) : donnerons s’oppose à donnons (pas d’infixe entre donn- et ons) et à donnions (présence d’un infixe -i-) ; -ons s’oppose à -ez, etc. On peut donc, dans les deux cas, découper trois unités de sens.

A cette analyse d’une forme graphique unique s’ajoute le fait que le rapport syntaxe/lexique dépend des langues : Je suis à Lyon (4 mots) correspond à sum Lugduni (deux mots) : le locatif du latin a le même rôle sémantique que la préposition du français. De même, le gérondif de l’anglais -ing équivaut à notre construction en …-ant. Les langues qui privilégient les cas, comme le latin, sont dites synthétiques (elles agglutinent) et les langues qui découplent les relations syntaxiques en recourant à des mots-outils sont dites analytiques.

Pour Martinet, l’unité minimale pourvue d’un sens, l’unité minimale de première articulation, est le monème. Les monèmes comprennent les lexèmes et les morphèmes. D’un côté les unités du lexique, de l’autre celles de la grammaire. Mais l’opposition lexique / grammaire n’offre pas de critères pertinents pour les délimiter. Le critère de Martinet est donc celui des classes ouvertes et fermées : vous ne pouvez inventer ni un pronom personnel, ni une déclinaison, ni un relatif. En revanche, si un journaliste écrit Paris a été chiracisé pendant 15 ans, inventant un verbe sur la base du nom Chirac, il recourt à une ressource du français.

Mais cette partition n’est pas sans poser problème: donn-, mur, anti, -eur sont des lexèmes puisque, pour Martinet, les affixes (ce terme regroupe les préfixes, infixes et suffixes) constituant des classes ouvertes, il y a intérêt à les considérer comme un type particulier de lexèmes. Le critère de classe ouverte ou fermée conduit donc à des regroupements quelque peu artificiels, car on rassemble ainsi des unités dont les statuts sont fort différents. En effet, les possibilités de créativité lexicale en matière d’affixes sont beaucoup plus réduites qu’ailleurs ; ils tendent à fonctionner comme des classes fermées.

Le critère proposé par Martinet n’est donc pas tout à fait satisfaisant.

A la même époque Bernard Pottier oppose les lexèmes, ou morphèmes lexicaux, et les grammèmes, ou morphèmes grammaticaux. Le niveau des lexèmes correspond à un niveau que l’on peut qualifier de “ psycholinguistique ” : le lexème n’est pas encore catégorisé, en nom ou verbe, c’est un élément prédicatif qui permet la sélection de la matière pensable. On trouve ici la trace de l’influence du linguiste Gustave Guillaume. Notons que pour ce dernier, “ le mot est la plus grande unité orientée vers l’universel, c’est-à-dire en vue d’un nombre illimité d’emplois ayant un signifié en commun ”. Les lexèmes sont donc les éléments lexicaux les plus simples, racines ou mots simples dépouillés de leurs flexions. Ils excluent les formants qui appartiennent aux grammèmes : ces formants, englobent les affixes, les suffixes servant à construire les thèmes verbaux (-ifier, -iser, etc.), les marques d’accords, etc. Lexèmes et grammèmes constituent des unités de langue, et non de discours. Prenons le cas des mots construits : si l’on cherche à analyser fierté ou fillette, on trouve comme bases fier, adjectif, et fille, nom ; mais si l’on se penche sur danseur, on trouve dans-. Cette base appartient-elle à une catégorie ? Si tel est le cas, il faudra choisir entre nom et verbe ou cumuler les deux. On peut aussi considérer que cette base, virtuelle, sélectionne du sens mais qu’elle n’appartient pas encore à une catégorie grammaticale, cette dernière étant liée à l’actualisation dans l’énoncé. Notons que cette hypothèse expliquerait la productivité de la conversion : “ C’est galère ! ”, “ Ce mec, il est trop ! ”, “ Ce midi, je sandwiche ”, on a ici des passages de catégories (nom → adjectif, adverbe → adjectif, nom → verbe).

Chez Pottier, il y a distinction entre les unités de langue et les unités de discours. Ces dernières sont appelées lexies, la lexie étant l’unité minimale significative dediscours. On est là dans le fonctionnement, et plus dans la recherche d’unités en langue. C’est pourquoi Pottier distingue trois sortes de lexies :

- les lexies simples, qui retrouvent les contours du mot : fleur ;

- les lexies composées, qui retrouvent ceux du mot composé, plus ou moins lexicalisé : chou-fleur ;

- les lexies complexes, qui sont constituées par des séquences figées : pomme de terre, dès lors que, au fur et à mesure. Il est à noter que Pottier n’indique pas de limite aux lexies complexes, ce qui laisse pendante la question des phraséologismes, des locutions.

Nous avons vu que ces trois niveaux se rencontraient dans les nomenclatures des dictionnaires. Notons que chez Pottier, les unités inférieures au mot graphique sont simplement des morphèmes, au sens traditionnel.

Pour un bilan rapide, on remarquera que dans le cas des composés, des dérivés et des locutions, les découpages structuralistes retrouvent en partie les catégories traditionnelles, qui leur offrent la pertinence la moins discutable. Chaise longue, sac à main, chemin de fer sont des synthèmes pour Martinet, une lexie composée et deux lexies complexes pour Pottier, des mots composés pour la grammaire traditionnelle.

La partition entre lexies composées et complexes, qu’effectue Pottier, se retrouve chez Benveniste qui appelle conglomérés les syntagmes qui compte plus de deux unités (1974, ch. XII). Il faut signaler l’étude consacrée par ce grand linguiste aux synapsies, catégorie qui constitue un sous-ensemble de lexies composées. Cette catégorie regroupe les unités dont les éléments sont reliés par des prépositions (gardien d’asile, machine à laver) et forment une désignation constante et spécifique. Benveniste a montré l’intérêt de cette matrice lexicale pour les nomenclatures, dans la mesure où elle permet de créer des dénominations à partir de tours analytiques. Cette inflation terminologique est regrettable. L’usage, fluctuant, est d’utiliser lexie quand on veut insister sur l’unité significative en discours. Lexème désigne alors une unité lexicale virtuelle. Monème, répandu, sert uniquement des unités minimales, tandis que synthème désigne les signes composés de plusieurs monèmes mais se comportant sur l’axe syntagmatique comme des monèmes uniques.

Morphème sert, et nous servira, à désigner le niveau en deçà du lexème. Ainsi, agriculteur peut être utilement analysé en trois morphèmes, agri-, cult-, et -eur, chacun porteur d’un sens, ce découpage d’unités se retrouvant dans les lexèmes horticulteur, agronomie (agri- et agro- commutant selon l’environnement). Dans la terminologie de Martinet, agriculteur est un synthème, un complexe formé par des monèmes constituant un composé ou du dérivé.

ТЕМА 3

Guiraud P. La sémantique. P., 1987.

Motivation et démotivation

Tous les mots sont étymologiquement motivés, qu’ils soient des emprunts (motivés dans leur langue originale), des onomatopées, des dérivés ou composés, ou des changements de sens […].

Tous les mots sont donc étymologiquement motivés, mais – et c’est là le point capital – cette motivation n’est ni déterminée ni déterminante.

Elle n’est pas entièrement déterminée parce que la création reste toujours libre à l’intérieur de certaines limites : elle est contingente ; tout mode de motivation est toujours possible ; on nomme le coucou par onomatopée, le moineau par métaphore (petit moine), la huppe par synecdoque ; les épices sont vendues par l’épicier, mais le tabac par le marchand de tabac et les remèdes par le pharmacien.

La motivation d’autre part n’est pas déterminante, elle n’est pas nécessaire au sens qui est actualisé par une association conventionnelle. Il en résulte que l’on oublie ; on cesse de voir l’association étymologique entre le moineau et le moine entre une banque et un banc et qui associe un sandwich à Lord Sandwich ou des lunettes à la lune.

Cet effacement de la motivation est d’autant plus général qu’il est souvent nécessaire ; car les associations si elles s’imposaient pourraient entraîner une restriction du sens ; un coucou n’est pas seulement un oiseau au chant caractéristique ; un épicier ne vend pas seulement des épices : le mot doit évoquer l’ensemble de la chose nommée et non pas le seul caractère motivant qui n’est pas souvent l’essentiel (voyez la tortue par exemple, qui est un animal aux pieds tors).

Picoche J. Précis de lexicologie française. P., 1996.

La monosémie et la polysémie

La monosémie peut-être définie comme un rapport univoque existant entre un signifiant et un signifié. Ce rapport est loin d’être général dans les langues naturelles. Il n’est pas non plus exceptionnel, comme on le constate en feuilletant les dictionnaires […]. On constate qu’il s’agit toujours de mots disponibles, souvent de mots franchement rares ou savants, parfois des dérivés qui ne se rattachent qu’à une seule des acceptions possibles du mot de base ; ils représentent des constructions conceptuelles complexes et apportent par conséquent au contexte dans lequel ils se trouvent insérés une dose massive d’information, très propre à désambiguïser les énoncés. Par contre, le contexte ne sert pas à l’interprétation de ces mots qui, n’étant pas ambigus, n’ont nul besoin d’être désambiguïsés. Il leur permet de fonctionner en discours et c’est tout. Si vous demandez à brûle-pourpoint à un locuteur français ce que c’est qu’une azalée, il vous répondra au moins que c’est un petit arbuste à fleurs décoratives, cultivé en pots et vendu chez les fleuristes […]. Si au contraire vous lui demandez ce que veut dire le mot baie, il ne pourra exactement rien vous répondre, si ce n’est “ à propos de quoi me demandes-tu ça ? ”, étant donné que baie, substantif féminin, peut être un fruit, une fenêtre, un golfe, et, employé comme adjectif féminin, la couleur de la robe d’une jument. Ici, le signifié n’est révélé que par la distribution et le contexte de situation et la désambiguïsation du mot doit tout au contexte. Nous avons affaire ici au phénomène de l’homonymie. […] Impossible de trouver le moindre élément sémique commun aux signifiés correspondants à ce signifiant unique, qui se trouvent en état de parfaite disjonction. La langue tolère les homonymes […] dans la mesure où les types de contextes où on les trouve sont extrêmement différents les uns des autres […].

Si nous décidons d’appeler sèmes nucléaires les éléments de signification qu’un mot apporte à tout contexte, quel qu’il soit, et sèmes contextuels, ceux qui, parmi toutes les possibilités d’un mot donné sont révélés par le contexte, nous pourrons dire que les mots monosémiques n’ont que des sèmes nucléaires et que les homonymes n’ont que des sèmes contextuels.

A mi-chemin entre ces deux cas extrêmes de rapport du signifiant et du signifié, se situe le phénomène de la polysémie, qui consiste en ce que les emplois d’un signifiant donné, tout en reposant sur un certain contenu sémique commun, se ramifient, par le jeu des contextes, en un certain nombre d’acceptions parfois si diverses que le rapport de base peut devenir pratiquement imperceptible à l’usager dans l’exercice normal de son langage, c’est-à-dire quand il ne porte pas une attention particulière aux mots qu’il emploie. Ainsi, l’adjectif cher exprime toujours la notion de “ valeur ”, mais, selon les cas, sous les deux angles fort différents du prix d’une marchandise ou du sentiment qu’on éprouve pour un être aimé. Dès lors, se trouvent posés au lexicologue quelques problèmes des plus épineux.

Peut-on mettre au point des procédures rigoureuses pour dénombrer signifiés d’un même signifiant ? Essaiera-t-on de regrouper ces signifiés par affinités sémantiques et jusqu’où poussera-t-on le regroupement. A partir de quel degré de disjonction sémantique décidera-t-on qu’on a affaire à un ensemble d’homonymes et non à un mot polysémique ou polysème. Deux tendances s’opposent à ce sujet :

1) Tendance à la multiplication des homonymes. La grammaire distributionnelle considère que toute variation régulière dans la distribution définit une unité lexicale distincte de toutes les autres ou discrète. Conformément à ce principe, J. Dubois et l’équipe qui a travaillé à l’élaboration du Dictionnaire du français contemporain a proposé dans son ouvrage, résolument synchronique, les disjonctions de polysèmes en plusieurs unités lexicales plus audacieuses que celle de la plupart des dictionnaires. Il n’a toutefois pas totalement éliminé de son dictionnaire la polysémie, un grand nombre de ses articles comportant des subdivisions. Les critères sur lesquels il fonde ces disjonctions sont essentiellement :

Les distributions différentes correspondant à des valeurs sémantiques différentes d’un même signifiant : par exemple, cher “ aimé ” admet un complément introduit par à alors que cher “ coûteux ” ne l’admet pas.

Le contenu sémantique associé au signifiant considéré est tel que le mot qu’ils constituent peut entrer dans plusieurs paradigmes ; la recherche des synonymes et des antonymes est particulièrement significative : cher a pour synonymes aimé, chéri, bien-aimé, ou bien coûteux, dispendieux ; il a pour antonymes odieux, détesté, ou bien bon marché […].

Les dérivés formés sur la base du signifiant considéré ne correspondent habituellement qu’à une des acceptions du mot : la cherté de la vie n’exprime que la notion du prix, nullement celle de l’amour.

Logiquement, le DFC nous offre deux entrées distinctes pour les deux homonymes cher, exactement comme il présente trois entrées pour les trois substantifs homonymes baie.

2) Tendance au regroupement polysémique.Elle est beaucoup moins courante aujourd’hui que la précédente. R. Martin étudie les divers types possibles de relations entre les diverses acceptions d’un polysème, en termes de restriction ou d’extension de sens, de métaphore, de métonymie, d’addition ou d’effacement de sèmes, et n’admet l’homonymie qu’en cas d’inexistence de tout sème commun. Cette manière de procéder n’exclut pas certaines vues historiques : sur le plan synchronique d’un locuteur naïf, ou ne voit pas bien ce qui permet d’affirmer que femme au sens d’“ épouser ” résulte d’une restriction du sens de femme“ personne du sexe féminin ” plutôt que le contraire ; qu’une minute “ court espace de temps ” est une extension de minute “ soixantième partie d’une heure ” et non l’inverse, que le blaireau est plus fondamentalement un animal qu’une brosse […].

Or, historiquement, l’ordre est inverse, il s’en faut de plusieurs siècles.

[…] Les mots ont une date de première apparition, ils connaissent des périodes d’emploi plus au moins généralisé ; leur sens évolue, se diversifie ou au contraire se simplifie, certains tombent en désuétude et finissent par disparaître, remplacés ou non par d’autres, avec ou sans remaniement de micro-systèmes lexicaux auxquels ils appartiennent.

ТЕМА 4

S. Ullmann. Précis de sémantique française. Berne, 1952.

Causes des changements sémantiques. La théorie de Meillet

Les causes linguistiques. Le sens d’un mot peut se modifier sous l’influence de son entourage… Un exemple bien connu est celui des auxiliaires de la négation en français. Pas, point, plus, jamais, personne, rien avaient tous un sens positif en latin […]. Leur valeur négative moderne s’explique par l’influence de la particule ne. A l’origine ils ne servaient qu’à renforcer la négation. La contagion les a ensuite transformés à tel point qu’ils peuvent se passer désormais du support de ne : “ Point de pain quelquefois, et jamais de repos ”. […]

Les causes historiques. Les changements lexicaux ne vont pas toujours de pair avec les changements techniques et culturels. Il arrive souvent que les choses, les idées, les institutions évoluent sans qu’il soit nécessaire de changer l’étiquette. Papier garde toujours le souvenir de papyrus, bien que les Arabes aient importé en Europe, dès le Xe siècle l’usage de papier de chiffon. […] La langue joue ici un rôle plutôt conservateur : on retient le nom même quand le sens a été modifié par le développement de la civilisation, des moeurs ou de la science. Pour la physique contemporaine, atome a changé de signification depuis qu’on a reussi à décomposer cette unité. Sa valeur étymologique de “ corpuscule indivisible ” a été éclipsée. Néanmoins, on retient le mot atome pour désigner l’unité décomposée.

3. Les causes sociales. La formation de groupes sociaux à l’intérieur d’une communauté linguistique est une cause fréquente de changements sémantiques. On sait que chaque profession, chaque métier ont leur langue spéciale fondée sur des intérêts communs et des contacts plus ou moins intimes et durables. Or, tous ces languages spéciaux gardent tels quels le phonétisme et la grammaire de la langue commune, mais en modifient sensiblement le lexique. En même temps la langue commune s'enrichit elle aussi de mots techniques et spéciaux, tout en leur attribuant parfois les significations nouvelles.

Le mécanisme des changements sémantiques à origine sociale est très simple. Il s’agit de deux processus distincts : spécialisation d’une part (langue commune þlangue de groupe), généralisation de l’autre (langue de groupe þ langue commune).

LA METAPHORE

La métaphore est en dernière analyse une comparaison en raccourci. Plutôt que de constater explicitement des analogies, on les comprime dans une image qui a l’air d’une identification.

On perçoit p.ex. une ressemblance entre les dents humaines et les saillies d’un peigne. Au lieu de préciser que ces saillies sont comme les dents, on les appellera simplement des dents du peigne. Par un acte d’assimilation aperceptive, on conjugue les deux notions en vertu de ce qu’elles ont en commun et l’on fait abstraction des différences.

Métaphores antropomorphiques.La transposition des noms d’organes humains est une des formes universelles de la métaphore. On attribue une tête à l’arbre, à l’épingle, au pont ; on parle même de la tête d’un cortège, d’une armée, d’un chapitre, des affaires ; de même un siège, une vergue, un fleuve, une mer ont tous des bras.

Le monde des animaux est un autre grand foyer de rayonnement métaphorique. Le coquelicot doit son nom à la ressemnlance de sa couleur à celle de la crête du coq. Beaucoup d’objets inanimés ont été également assimilés à des animaux : chien d’un fusil, serpentine, chevalet, oeil-de-boeuf, etc. Ces équivalences perceptuelles sont littéralement innombrables.

Du concret à l’abstrait. La primauté du concret dans l’évolution de l’esprit humain se manifeste en sémentique de deux façons par la provenance concrète de beaucoup de termes abstraits devenus opaques depuis longtemps et par la tendance universelle, et qui reste toujours en vinqueur, de faire passer les mots du plan matériel au plan moral. Au français comprendre, concevoir (< concipere “ prendre saisir ”), saisir correspondent capire en italien, grasp, catch et get en anglais, begreifen en allemend, ponimat’ en russe, etc.

La série de comprendre montre aussi que la faculté de transposer les termes concrets sur le plan abstrait reste toujours une des formes dominantes de l’expression humaine. De telles transpositions s’effectuent constamment. Même les terminologies scientifiques surabondent en termes d’origine concrète, tantôt transparents, tantôt opaques. La grammaire traditionelle avait tiré conjugaison de l’idée du joug, déclinaison de celle de déclin, sujet, objet et adjectif de celle de jeter (iacere). Nous parlons toujours de racine et de radical.

Les transpositions sensorielles.Un type très fréquent de métaphore conjugue deux domaines sensoriels différents. On dit couramment : une couleur chaude, une voix chaude bien que la chaleur soit un phénomène de température inapplicable à des impressions visuelles ou acoustiques. De même on parle de voix claireet sombre, de couleurs criardes, de bruits aigus, d’odeurs grasses et lourdes.

F. Gaudin, L. Guespin. Initiation à la lexicologie française. P., Duculot, 2000.

LA METONYMIE

Avec la métonymie, nous abordons l’autre direction dans laquelle les changements de significations se produisent. Dans l’optique que nous avons choisie, celle inaugurée par Jacobson, la métonymie rend compte du transfert d’un mot dans la désignation d’une autre chose en vertu d’une relation de contiguïté entre les deus choses. Il s’agit d’une extension de sens basée sur les liens constants qui unissent les référents. C’est là un point d’opposition très net avec la métaphore. Cette opposition, classique, se retrouve chez Lakoff et Jonson : pour eux, la métonymie possède avant tout “ une fonction référentielle : elle nous permet d’utiliser une entité pour tenir lieu d’une autre ”. Le lexème utilisé dans la métonymie ne change pas fondamentalement de signification. Mais le secteur du réel auquel cette signification s’applique est étendu. Dans le cas de radio, l’extension du sens était motivé par la pluralité des points de vue concernés : patient, médecin, caisse d’assurance maladie. Dans l’énoncé “ De grosse voix se querellaient dans le couloir ”, le mot voix ne change pas fondamentalement de sens ; c’est la seule référence du nom qui se trouve modifiée, du fait de la nature du sujet, le verbe réclamant ordinairement un sujet humain.

Suivant en cela Jacobson, nous regrouperons dans les métonymies les différentes synecdoques, que tenons pour des sortes de métonymies.

Exemples de synecdoques :

- le tout pour la partie : porter un vision

- la partie pour le tout : la commune compte trente feux

- le particulier pour le général : l’automobile emploie 40 000 personnes

Exemples de métonymie :

- la matière pour l’objet : croiser le fer

- le contenant pour le contenu : boire un verre

- la cause pour l’effet : la récolte a été abondante

- le signe pour la chose signifiée : le trône vacille

La métonymie repose donc sur un déplacement de la référence, déplacement que le contexte permet d’expliciter sans difficulté : ainsi boire une tasse de thé, ne signifie pas “ ingurgiter de la porcelaine liquide ”, mais “ boire le contenu du récipient ”. Quand le vin est à la cave, on parle des bouteilles ; quand le vin est dans les verres, on parle de la boisson ; quand on a le vin gai, on parle des effets de sa consommation. Ce qui se trouve modifié initialement, c’est le rapport entre le langage et la réalité. Il ne s’agit donc pas d’une mutation de la signification elle-même. On retrouve aisément les relations de contiguïté dans les métonymies les plus usuelles : morsure (action) pour la trace ; Matignon (lieu) pour le Premier Ministre, Madrid (ville) pour l’Espagne, etc.

De fait, on peut constater que le résultat de la métonymie équivaut à une ellipse : boire (contenu d’) un verre, lire (ce qui est rédigé sur) un papier, du (poil de) castor, déguster un (vin de la région de) Bordeaux. Ces quelques exemples montrent bien qu’il est possible de traduire la métonymie par une paraphrase qui supprime l’image et rend explicite le rapport entre le sens littéral et la métonymie.

On peut retrouver, en restituant les ellipses qui leur correspondent, les évolutions de termes ayant connu des métonymies successives. Ainsi, café (plante) sert à désigner la boisson (à base de cette plante), puis le débit (servant la boisson (à base de cette plante)). Pareillement, bureau (meuble) sert à désigner la pièce contenant ce meuble, puis l’ensemble des pièces, puis l’ensemble de personnes travaillant dans cet ensemble de pièces, etc. On peut dire tout à la fois que l’on a le téléphone et que l’on à deux téléphones car, dans le premier cas, cela signifie que l’on est abonné et dans l’autre que l’on dispose de deux appareils, etc. Ces mouvements se font sur la base de connaissances partagées, celles concernant le monde tel que nous y vivons. C’est pourquoi on entend de nombreuses métonymies dans les dialogues quotidiens ou professionnels. Comme nous disons de façon usuelle “ Les trains sont en grève ”, on entendra des infirmiers dire “ Il y a deux poumons et un crâne qui vont descendre ”, ou un serveur demander “ un beaujolais pour l’omelette aux cèpes ”. Ici, on désigne bien sûr les malades par leurs oranges et le client par son plat.

ТЕМА 5

J. et Cl. Dubois. Introduction à la lexicographie : le dictionnaire. P., Larousse, 1971.

Ce qui frappe tout d’abord, c’est l’importance du mouvement général dans la structure suffixale. Sur 7 477 unités lexicales comptées dans les deux dictionnaires pour la lettre A, il y a eu 1 005 variations dans les mots suffixés ; 458 mots nouveaux ont été formés à l’aide de suffixations. L’équilibre entre les formations nouvelles et les mots suffixés anciens disparus du dictionnaire atteste la vitalité de la suffixation ; les inventaires confirment d’autre part l’expansion continue de certains suffixes. Cette place est plus importante encore si l’on constate que les mots suffixés représentent 68,2 % des termes enregistrés dans la lettre A (y compris les parasynthétiques).

Ce qui retient ensuite l’attention, c’est l’ampleur des variations de quelques suffixations, et ceci dans les deux sens. Il est des suffixes usuels où formations et disparitions atteignent le quart ou la moitié des mots enregistrés : suffixes savants d’origine grecque, suffixe -euse des noms de machine, suffixe -isme des “ système ”, suffixe adjectival -ique de terme savant, etc. D’autres laissent apercevoir des mouvements inégaux, mais importants : -if voit 17% des mots suffixés apparaître et 33,3% disparaître. A l’inverse les formations où le mouvement est limité sont peu nombreuses : deverbaux, mots en –oir(e), collectifs, etc., ces procédés de suffixation tendent à disparaître au profit d’autres où les disparitions sont insignifiantes (suffixes scientifiques récents).

L. Guilbert. La créativité lexicale. P., 1975.

Suffixes productifs et non-productifs

A cet égard, le bilan de la productivité lexicale pour les quinze dernières années que représente le Dictionnaire des mots nouveaux de P. Gilbert nous offre un précieux outil d’évolution de la disponibilité des différents suffixes. On retiendra que les affixes les plus productifs de nominalisation sont -ation et ses variantes -isation, -ification (135 ex.), puis –age –35 ex.), -ment (11 ex.), -ment (11 ex.), -eur et -ateur (52 ex.), mais que -ure et -is ne sont pas représentés : pour la verbalisation -iser apparaît 97 fois ; pour l’adjectivation les suffixes les plus disponibles sont –ique (18 ex.), -el (27 ex.) et ses variantes –iel (7 ex.), -uel (5 ex.), -al (11 ex.) ; -if (11 ex.). Ces données statistiques sont fournies par A. Gosse dans une étude faite à partir du Dictionnaire de Gilbert pour le Conseil International de la Langue Française. Elles actualisent celles qui étaient fournies par la thèse de J. Dubois (Dérivation suffixale en français contemporain). On éliminera donc du paradigme toutes les formes suffixales mortes qui figurent seulement dans les dérivés complètement lexicalisés (ure – ir – eron, p.ex.).

Il reste cependant que, pour un même type de transformation, plusieurs suffixes sont productifs. On peut observer qu’une certaine sélection s’opère parmi les affixes de fonction identique. Ainsi pour la nominalisation, la dérivation en –age forme impasse alors que sa contexture phonologique permettrait le cumul avec un autre suffixe (cf. paysage Þ paysagiste, visage Þ visagiste). Cette forme de dérivation appartiendra donc au type de paradigme en éventail dans lequel le dérivé en –age forme couple avec la base verbale. Le dérivé en –tion / -ation par contre est susceptible de recevoir une affixation ultérieure. En dernière analyse, ce sont les règles de la combinatoire qui peuvent opérer un tri parmi les suffixes productifs dans un même type de dérivation.

J. et Cl. Dubois. Introduction à la lexicographie : le dictionnaire. P., Larousse, 1971.

Les mots français utilisés comme suffixes

L’unité syntagmatique formée par la juxtaposition de deux éléments significatifs peut donner naissance à de nouveaux suffixes par le développement du champ associatif. Dans ces mots composés, le deuxième élément joue le même rôle qu’un suffixe : dans des unités significatives comme position-clé, mot-clé, industrie-clé, etc. le second élément a perdu sa signification primitive ; on peut même dire qu’il s’agit d’un nouveau signe. Si l’on considère en effet sa valeur d’emploi, on s’aperçoit que le terme clé joue le rôle d’un superlatif : le mot-clé est le mot le plus important, le terme central ou principal d’une époque, d’un texte, etc. ; industrie-clé n’est pas seulement l’industrie qui commande un secteur de l’économie, c’est aussi l’industrie la plus importante d’un pays. Devenu une sorte d’outil grammatical, le terme clé peut s’ajouter à d’autres substantifs : problème-clé.

Il en est de même pour pilot dans les expressions comme classe-pilote, ferme-pilote, industrie-pilote, région-pilote, etc. Il s’agit dans le premier cas d’une classe choisie pour servir d’exemple pédagogique aux autres par les méthodes nouvelles qui y sont employées. La ferme-pilote est aussi une ferme qui par sa modernisation peut servir d’exemple. Peu à peu le second élément pilote devient ainsi l’équivalent d’un élément superlatif (mélioratif). On peut le comparer à modèle dans ferme-modèle.

Ce procédé de composition par juxtaposition est donc l’origine de ces nouveaux suffixes dont certains connaissent une extension considérable, mais souvent de peu de durée : ainsi choc issu d’électrochoc et vulgarisé avec le lexique médical, est-il l’objet d’une faveur particulière : prix-choc, article-choc, etc.

La différence avec le mot composé proprement dit tient dans l’élargissement du champ associatif et dans la perte progressive de la valeur primitive du deuxième élément. Or ce phénomène n’intéresse pas seulement le vocabulaire journalistique ou publicitaire, il est très largement répandu dans les lexiques techniques : nous n’en donnerons que deux exemples parmi les plus connus. L’élément –moteur du XX siècle : trimoteur, bimoteur. Il sert aussi de premier élément dans des composés comme motoculteur, motocycliste, etc. Il désigne en général tout appareil muni d’un moteur, que celui-ci soit actionné par l’électricité ou par l’essence. On peut le considérer comme un véritable suffixe, morphème lexical, dans vélomoteur et cyclomoteur où il s’ajoute à une troncation. Il en est de même de plus moderne –réacteur dans statoréacteur, carburateur, pulsoréacteur, quadriréacteur, motoréacteur, turboréacteur. Le procédé s’étend aux sciences humaines ; en géographie, on connaît des bidonvilles, des agrovilles.

H. Mitterand. Les mots français. PUF, 1992.

Les mots composés

Les composés se distinguent des dérivés en ce qu’ils comportent plusieurs thèmes de formation. Mais il y a lieu de séparer les composés proprement dits, où l’on reconnaît au moins deux mots pouvant fonctionner de manière autonome, dans un énoncé français, comme mots simples ou dérivés (lave-glace, porte-manteau), et les recomposés, qui comportent au moins un radical privé de toute possibilité d’autonomie dans un énoncé français, sinon à titre d’abréviation (éléments grecs et latins : thermo-cautière, automobile, télévision, kleptomanie ; éléments modernes à finale altérée : filmographie, franco-anglais).

Il est moins aisé de justifier la distinction entre les mots composés et les groupes de mots, caractérisés par la présence d’un mot-noyau accompagné d’une expansion (vendeur de voitures, prendre la route, etc.).

Le problème est inexistant lorsqu’il s’agit de composés “ exocentrique ”, tels que l’association des éléments de composition crée une unité qui moue de nouveaux rapports avec le reste de l’énoncé (vide-poche, porte-manteau, garde-robe, avant-scène, après-midi). Mais il se pose pour les groupes “ endocentriques ”, dans lesquels la présence d’un élément subordonné à l’autre ne change pas les rapports de celui-ci avec le reste de l’énoncé (chaise-longue, salle à manger, chemin de fer). Pour Darmesteter, Nyrop, Brunot, tout groupe de mots d’usage constant pour exprimer une notion unique doit être considéré comme un composé : ainsi, boîte aux lettres, donner congé, avoir envie, etc. C’est un critère sémantique qui ne suffit pas, car la frontière est alors singulièrement indécise entre le mot et le syntagme. Il y a pourtant une différence, sinon dans le sens, du moins dans le fonctionnement, entre chemin de fer et chemin vicinal, entre pomme de terre et pomme de Normandie, comme entre maisonnette et petite maison. On se servira donc d’autres critères pour identifier le mot composé.

Plusieurs peuvent se croiser dans le même mot. Mettons à part les critères orthographiques et phonétiques, qui dans certains cas autoriseraient à classer la forme considérée, non même plus parmi les mots composés, mais parmi les mots simples : ainsi pour gendarmes, qui ne comporte qu’une désinence graphique de pluriel, parce qu’il est senti comme une unité morphologique, et que l’élément gen- n’est plus détachable dans sa forme comme dans son sens ; et pour vinaigre, dont la syllabation vi-nai-gre, a rendu imperceptible, synchroniquement, la composition. Restent les critères morphologiques, les critères fonctionnels, et aussi le critère de fréquence.

Les premières sont suffisants et présupposent les autres. Il arrive en effet que les radicaux unis par la composition soient aussi indissociables que dans la dérivation le radical et les affixes. Le composé fonctionne dans l’énoncé, sans aucune ambiguïté, comme un mot unique : soit que l’un des deux éléments ne puissent être affecté des marques grammaticales qui caractérisent sa classe à l’état libre (dans bonhomme, bon ne peut être transposé au comparatif ; dans fait-tout, fait ne peut prendre la marque du pluriel ; et l’on est fort embarrassé en français pour orthographier le pluriel de grand-mère, grand-route, grand-messe) ; soit que l’un des deux éléments entre par rapport à l’autre dans un ordre fixe, généralement inverse de l’ordre usuel en français contemporain (blanc-bec, rouge-gorge).

Les critères fonctionnels sont nécessaires lorsqu’aucune de ces conditions n’est remplie. Le mot composé peut alors être distingué de la “ locution ” (ou, selon la terminologie des linguistes soviétiques, du “ groupements phraséologiques ”), dans la mesure où “ il se comporte, dans ses rapports avec les autres éléments de l’énoncé ”, exactement comme les mots simples “ qui apparaissent dans le même contexte qu’eux ” : il peut être accompagné par les mêmes morphèmes et les mêmes expansions adjectivales, prépositionnelles ou relatives que les mots simples correspondants (articles, adverbes, prépositions, indices personnels), mais ces morphèmes et ces expansions ne peuvent jamais s’accoler à un élément seul du compose (p.ex. : chaise-plus-longue est exclu).

H. Mitterand. Les mots français. PUF, 1992.

Les sigles

L’usage des sigles, c’est-à-dire des unités formées par la réunion des initiales des mots composant une locution, caractérise la langue standard, avec une prédominance d’emploi dans le vocabulaire de l’administration ou de la presse.

En effet, seuls peuvent faire l’objet de la “ siglaison ” les locutions dénominatives utilisées pour la désignation officielle des grandes organisations administratives, politiques, syndicales, techniques, commerciales : la R.T.F., la D.G.E.R., le M.R.P., la G.G.T., etc. On peut distinguer ainsi des réalités étrangères : l’U.R.S.S., les U.S.A., ou internationales : l’O.N.U., l’U.N.E.S.C.O.

Certains de ces sigles n’ont de sens que pour les initiés : qui sait, en dehors des fonctionnaires des Affaires étrangères, et de ceux qui ont avec eux des relations de travail, que la D.G.A.C.T. est la Direction générale des Affaires culturelles et techniques ? Et qui, en dehors des linguistes, reconnaît sous A.T.A.L.A., non pas l’héroïne de Chateaubriand, mais l’Association pour la Traduction automatique et la Linguistique appliquée ? Les promoteurs d’associations et d’organismes nouveaux s’ingénient à trouver des sigles tout proches du jeu de mots, non seulement par jeu ou par sens de l’humour, mais aussi par souci de publicité : un “sigle “ parlant ” s’enregistre plus vite, se retient mieux, et fait plus rapidement connaître les activités du groupe qu’il désigne.

Faut-il considérer les sigles comme des mots, au même titre que les abréviations ? Certains restent de simples associations de lettres sans signification indépendante (exemple D.G.A.C.T.) et d’usage conventionnel étroitement localisé : ils n’appartiennent pas plus au système de la langue que les groupements de signes sténographiques. Mais d’autres, d’emploi général, sont revêtus d’une fonction désignative autonome : point n’est besoin, pour savoir ce qu’ils désignent, de reconstituer la locution entière, dont la “ formule développée ” reste souvent ignorée de la grande masse des usagers, surtout s’il s’agit d’une locution étrangère (U.S.A., U.N.E.S.C.O.). Ceux-là sont des signifiants intégrés au système général de la langue.

Certains sigles – rares, jusqu’à présent – fonctionnent comme des noms propres, sans article (A.T.A.L.A.). La plupart fonctionnent comme des noms communs. Pour les plus familiers, dans la langue commune (l’usage soutenu y répugne encore), et si le groupement littéral le permet, chacune des lettres composantes perd sa prononciation alphabétique indépendante, et devient un son obéissant aux lois phonologiques générales : O.N.U. se prononce onu, O.T.A.N., otan, C.R.E.D.I.F., credif, etc. La lexicalisation est totale dans le cas de radar (Radio-Directio and Ranging) et le jeep (Général Purpose, voiture pour tout usage). Enfin les sigles à prononciation détachée comme les sigles à prononciation liée peuvent, dans des conditions sémantiques données servir de bases de dérivation : cégétiste est apparu dès le début de ce siècle et on a parlé communément, pour désigner les “ Casques bleus ” de l’O.N.U., les troupes Onusiennes.

ТЕМА 6

H. Mitterand. Les mots français. PUF, 1992.

Les éléments étrangers

Malgré leur diversité, ces ressources sont concurrencées par celles qui proviennent des langues étrangères. Le développement des techniques modernes souvent d’invention étrangère, l’accroissement des échanges matériels et humains, ainsi que des concurrences, la multiplication des traditions, empêchent plus que jamais notre langue de vivre en autarcie, et y ouvrent en permanence des brèches par lesquelles s’introduisent des termes étrangers, notamment dans les secteurs du lexique où le français ne dispose pas des formes adéquates pour désigner économiquement les réalités nouvelles qui attendent un nom.

Nous n’entendons évidemment par éléments étrangers, ni les termes argotiques, ni les recomposés classiques des terminologies techniques, déjà étudiés, ni les termes des parlers français régionaux, mais seulement les termes et les locutions qu’on reconnaît, dans des textes français, comme relevant d’une structure phonologique, morpho-syntaxique, et orthographique, distincte de celle du français : types planning, ou play-back. Les emprunts de sens, ou calques sémantiques (exemple réaliser, au sens de concevoir, ou étoile, au sens de vedette), outre qu’ils sont beaucoup plus difficiles à percevoir comme tels, doivent être étudiés à propos des structures et des mouvements sémantiques.

Constatons tout de suite, pour rassurer les puristes, la très faible proportion des éléments étrangers dans la langue commune. Si nous reprenons encore une fois les listes publiées par les autres du français élémentaire, nous ne trouvons sur les 1 000 mots relevés comme les plus fréquents, qu’une forme étrangère : speaker (micro, radio, nous semblent devoir être tenus pour français ; un cas discutable : film). De A à appareil, dans le Dictionnaire fondamental de M. Gougenheim (143 mots), pas un seul “ xénisme ” (alcool, d’origine arabe, est un mot français). Sur les 180 formes commençant par gra- dans le Petit Larousse, nous comptons une demi-douzaine d’emprunts caractérisés, et une petite vingtaine sur le millier de formes qui se succèdent entre remuer et rôle : soit, pour un recueil de vocabulaire courant largement ouvert aux mots techniques, et non suspect de chauvinisme linguistique, une proportion maximale de 3 à 4 %.

Il n’en est pas de même dans certains vocabulaires marginaux, où des motifs purement techniques se conjuguent avec le snobisme jargonneur de quelques initiés, pour acclimater les mots d’importation: notamment dans le vocabulaire de l’aviation (jet, crash, cockpit, steward), des industries du sol (pipe-line – concurrencé par le “ classique ” oléoduc, derrick, half-track, bull-dozer), des sports (goal, chot – francisé en choute - volley-boll, smash, nowling, skating, karting, spider, roadster,sans parler des lexiques du tennis, du golf, du turf, ou du yachting), de la danse (twist, swing, be-bop, tamouré, rock, slow, boogie-woogie), du cinéma et de la télévision (remarke, script-girl, cameraman, kinescope, western, travelling – que Marcel Aymé a francisé par dérision en travelinguehappy end, vamp, suspense, play-back), des spectacles de variétés (strip tease, jazz, negro-spiritual), du journalisme (racker, gallup, hold up, reporter, rewriter, offset, flash, télétype), de la mode vestimentaire (blue jean – que Raymond Queneau orthographie bloudjinn, “ comme ça se prononce ”… - tweed, new-look, pull-over, twin-set, duffle-coat, loden), etc. C’est ce que M.Etimble a appelé le franglais, ou encore sabir atlantique, variété du babélien ou langage de Babel.

De fait, l’anglo-américain se taille la plus large place dans nos importations de mots : si 5% des 4 000 mots nouveaux enregistrés par le Petit Larousse de 1949 à 1960 sont d’origine étrangère, 2,5 %, soit la moitié, sont d’origine anglo-américaine. Ce sont ceux qui apparaissent dans les marges immédiates du lexique de la vie quotidienne, comme on peut aisément s’en rendre compte en feuilletant les pages de mode ou d’ameublement des hebdomadiers féminins.

Pour des raisons principalement économiques et politiques, les autres langues fournissent un rapport moins massif, et pénètrent, sauf exception, dans des glossaires plus éloignés encore du lexique courant. L’espagnol fournit à la “ tauromachie ” (toro, corrida, aficionado, picador, etc.) L’allemand alimente la philosophie (Weltanschauung, Gestaltpsychologie, Dasein), le russe la politique et l’économie (soviet, kolkoze, koulak, komsomol), les langues nordiques, les sports de montagne (anorak). De façon générale, ces langues, et beaucoup d’autres, sèment des formes ici et là, au gré des commodités de la terminologie scientifique (tchernozium, kibboutz, openfield), ou tout simplement de l’actualité (kamikaze, apparatchik, refusnik, ayatollah, crack, etc.).

Dans leur quasi-totalité, ces éléments étrangers sont des substantifs, ce qui indique le caractère occasionnel de leur emploi, à des fins dénominatives. On peut aisément emprunter un substantif étranger, et le “ franciser ” à demi, en lui adjoignant dans l’énoncé les déterminants spécifiques du substantif français, tels que le, ou ce (généralement à la forme non marquée – ou “ insexuée ” – du masculin, lorsqu’il s’agit de substantifs désignant un inanimé). Il est beaucoup plus difficile d’emprunter un verbe, dont la flexion ne peut en aucune manière se marier avec la conjugaison française.

La loi Toubon (1944)

La loi adoptée par les sénateurs prohibe le recours à des termes ou expressions en langue étrangère dans un certain nombre d’actes de la vie économique, sociale et intellectuelle “ lorsqu’il existe une expression ou un terme en français de même sens ”. Cette obligation du français s’impose pour :

- les documents relatifs aux biens et services (désignation, offre, présentation, mode d’emploi ou d’utilisation, description des garanties, factures et quittances) ainsi que dans la publicité écrite, parlée ou audiovisuelle pour ces mêmes biens et services ;

- les inscriptions ou annonces “ apposées ” ou “ faites ” sur la voie publique, dans un lieu ouvert au public ou dans un moyen de transport en commun ;

- les contrats liant une collectivité ou un établissement public et devant être exécutés sur le territoire national ;

- les contrats de travail ;

- le règlement intérieur d’une entreprise implantée sur le territoire national ;

- les conventions et accords collectifs de travail, ainsi que les conventions d’entreprise ou d’établissement ;

- les offres d’emploi publiées dans la presse concernant des services à exécuter sur le territoire français ou hors de celui-ci, si l’auteur de l’offre, ou l’employeur, est français ;

- l’ensemble des émissions et des messages publicitaires des organismes et services de radiodiffusion sonore ou télévisuelle à l’exception des œuvres cinématographiques et audiovisuelles en version originale.

Le texte précise en outre que la langue de l’enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires dans les établissements publics et privés d’enseignement, “ est le français ” sauf “ exceptions ” justifiées par les “ nécessités de l’enseignement des langues et cultures régionales et étrangères ”.

ТЕМА 7

H. Mitterand. Les mots français, PUF, 1992.

Tout mot français appartient, du point de vue de sa signification, à une structure qui doit être étudiée selon deux axes : celui que définit l’étude des substitutionspossibles de mots différents pour une même signification en un lieu déterminé de l’énoncé, et celui des combinaisons possibles d’un même mot avec d’autres, avec variation probable de sa signification. Ces deux axes dépendent étroitement l’un de l’autre.

La synonymie

Le premier est celui de la synonymie. Les synonymes sont des mots ou des expressions qui se différencient par leur composition phonologique, mais appartiennent à la même classe grammaticale et ont la même signification. Autrement dit, un même signifié est exprimé, pour une classe grammaticale donnée, dans des signifiants distincts. Exemple : louange et éloge ; danger et péril ; distinguer et différencier ; expression, locution, tournure, tour ; imprévu, inattendu, inopiné ; avare, grigou, grippe-sous, harpagon, etc.

Mais l’étude de la synonymie est moins simple qu’il n’y paraît. Rares sont en effet les synonymes parfaits, ou variantes sémantiques complètement libres. Les dictionnaires dits de synonymes peuvent être à cet égard trompeurs. En effet, ou bien les prétendus synonymes ne sont pas absolument enterchangeables (impoli, malappris, insolent ; battre, frapper, heurter). Ou bien ils appartiennent à des familles morphologiques de structures différentes, dans lesquelles la synonymie ne peut s’étendre qu’à travers des modifications morphologiques qui compromettent le parallélisme de l’emploi des termes dans l’énoncé : louangerexiste, mais non point élogier, tandis qu’à louangeur correspond élogieux. Ou bien l’identité de sens n’apparaît que dans des syntagmes de nature particulière, et en nombre limité. La synonymie n’est alors qu’une variation combinatoire, et les mots substituables dans un nombre limité de contextes ont en réalité des aires sémantiques fort différentes dans leur composition, et non “ juxtaposables ” : on dit à volonté payer ses impôts ou payer ses contributions, mais on ne dira pas offrir son impôt, tandis qu’on peut dire offrir sa contribution (…)

Il reste qu’un signifié unique peut se trouver exprimé par une quantité variable de mots différents, compte tenu des servitudes morphologiques, syntagmatiques et stylistiques qui pèsent sur l’emploi de ces mots. Il semble donc possible de dessiner la table synonymique de ce signifié, qui montrera comment s’ordonnent, sur les divers registres affectifs et les divers niveaux sociaux de la langue, ainsi que dans diverses combinaisons morpho-syntaxiques, les formes corrélatives.

J. Picoche. Précis de lexicologie française. P., 1996.

Les contraires

Voyons maintenant une classe de relations logiques opposée à la synonymie. Deux mots appartenant à la même partie du discours et ayant en commun une partie de leur sémème sont couramment dits contraires lorsqu’ils entretiennent entre eux l’une des relations suivantes:

1) celle de réciprocité : A, vendre, ne peut exister sans B, acheter, ni B sans A. Le cas est particulièrement net lorsqu’il s’agit d’échanges et de relations familiales : A ne peut prêter sans que B lui emprunte ; A ne peut dire B est mon mari sans que B puisse dire A est ma femme. Par voie de conséquence, A et B s’excluent mutuellement en ce sens que A ne peut être à la fois le mari et la femme de B, ni, au cours de la même transaction, être à l’égard de B le prêteur et l’emprunteur. Il faut remarquer que cette opposition peut être neutralisée par un mot unique exprimant à lui seul la réciprocité de la relation : ex. : les époux ou le verbe louer.

2) celle de complémentarité : l’affirmation de A, vivant implique la négation de B, mort aucun moyen terme n’étant possible. La relation de complémentarité est la forme binaire de l’incompatibilité qui peut comprendre plusieurs termes : grades dans une hiérarchie, celle des grades militaires.

3) celle de simple antonymie où A, froid, est la négation de B, chaud, mais où la négation de A, froid, n’est pas forcément l’affirmation de B, chaud, toutes sortes de termes intermédiaires, frais, tiède, etc., étant possible. Dans le lexique, cette dernière relation est de loin la plus fréquente. Elle implique la comparaison de deux termes entre eux, soit de façon explicite, soit de façon implicite et relative à une norme communément admise.

H. Mitterand. Les mots français. PUF, 1992.

L’homonymie

Les homonymes sont des mots qui, ayant une même forme phonique (homophonie), se différencient par leur sens. On peut opposer des homonymes partiels, qui, à la différence sémantique ajoutent une différence grammaticale (sein et sain, vert et verre, chair et cher, bal et balle), et des homonymes absolus, qui appartiennent à la même classe grammaticale (sain et saint, chair et chaire, voix et voie, etc.) L’homophonie peut s’accompagner de l’homographie (identité orthographique), qu’il s’agisse d’homonymes partiels (aide, fém., et aide, masc.; pair, adj., et pair, subst.; mémoire, fém., et mémoire, masc.), ou d’homonymes absolus (balle – du grain, de l’anc. fr. baller, vanner, et balle – du fusil, de l’italien palla).

C’est pour ces derniers que se pose le problème des rapports entre polysémie et homonymie : lorsque deux acceptions d’un même mot sont éloignées l’une de l’autre au point qu’on ne perçoit plus le lien qui les réunissait primitivement, est-on en droit d’admettre que la polysémie originelle s’est rompue, et que le signifiant s’est dédoublé en deux signifiants homonymes ? Balle, dans balle de tennis et balle dans balle de fusil ont la même étymologie : faut-il voir là deux acceptions d’un même mot, ou deux mots homonymes ? On se fonde en général sur des critères sémantiques pour reconnaître si une aire polysémique est ou non disloquée : ainsi, les sens de grève (bord de l’eau) et grève (arrêt volontaire du travail) sont assez éloignés pour qu’on ait affaire à deux homonymes, malgré l’unité originelle du signe. Mais les cas d’incertitude demeurent nombreux.

ТЕМА 8

А.Г. Назарян. Фразеология современного французского языка. М., 1987.

Фразеологические варианты

Понятие и признаки фразеологической вариантности. Характерной особенностью французской фразеологии является широкое развитие вариантности, приводящей к образованию фразеологических вариантов. Вариантность – важнейший источник обогащения и обновления фразеологического фонда современного французского языка (…)

Существуют различные точки зрения на эту проблему фразеологической вариантности. Наиболее пригодной для французского языка представляется та, которая рассматривает варианты ФЕ как закрепленные нормой видоизменения этой единицы, не нарушающие ее семантическое тождество. Такая трактовка предполагает наличие у фразеологических вариантов следующих признаков.

474. Единство образа.

475. Общность денотативно-сигнификативного содержания.

476. Совпадение выполняемой в языке функции и категориального (лексико-грамматического) значения.

477. Совпадение количества значений.

478. Наличие лексического инварианта. (…)

Обязательными признаками фразеологических вариантов являются первые три, между тем как остальные относятся к факультативным. Исходя из этого, можно предложить следующие определения фразеологических вариантов.

Фразеологические вариантыэто закрепленные нормой разновидности фразеологической единицы, характеризующиеся единством образа и общностью денотативно-сигнификативного содержания, совпадающие по выполняемой в языке функции, равно как и по своим категориальным (лексико-грамматическим) значениям.

Типы фразеологических вариантов. В современном французском языке представлены следующие типы фразеологических вариантов:

I. Структурно-грамматические варианты. К ним относятся фразеологизмы, тождественные по лексическому составу, но различающиеся особенностями своей грамматической структуры. Среди вариантов этого типа выделяются:

479. Морфологические варианты, различающиеся своими морфологическими особенностями. Подобная вариантность выражается в следующем:

- в употреблении единственного и множественного числа субстантивного компонента: sans phrase / sans phrases “без лишних слов, без разговоров, прямо”; marquer un point / marquer des ponts “делать успехи”;

- в употреблении разных артиклей: trembler comme une feuille / trembler comme la feuille “дрожать как (осиновый) лист”;

- в опущении артикля: faire la loi / faire loi “хозяйничать”; dur comme du fer / dur comme fer “очень твердый, жесткий, твердый как камень”;

- в замене артикля другим детерминативом (чаще всего поссесивом): en mettre la main au feu / en mettre sa main au feu “дать руку, голову на отсечение”;

- в употреблении разных предлогов: jeter de l’huile dans le feu / jeter de l’huile sur le feu “подливать масло в огонь”;

- в опущении предлога: de pur sang / pur sang “чистокровный, истинный”;

- в употреблении разных глагольных времен: innocent comme l’enfant qui naît / innocent comme l’enfant qui vient de naître “ íевинный как младенец ”;

- в употреблении возвратной и невозвратной форм глагола: faire une vie / se faire une vie “обзавестись семьей”.

480. Синтаксические варианты, различающиеся своей синтаксической структурой, в частности, отношениями и функциями компонентов. Ср.: crever de faim / crever la faim “умирать с голоду, быть очень голодным”; il s’en faut de peu / peu s’en faut “еще немного и …, почти что так; чуть не …”.

481. Позиционные варианты, различающиеся порядком слов, не отражающимся на синтаксических отношениях их компонентов. Ср.: jour et nuit / nuit et jour “днем и ночью, все время, всегда”.

II. Лексические варианты. К ним относятся фразеологизмы, различающиеся своим лексическим составом. Варьирующиеся компоненты в них могут быть:

- идеографическими синонимами: tomber comme une masse / s’affaisser comme une masse “упасть, свалиться как мешок, как сноп”;

- синонимами лишь в данном фразеологизме: de bon matin / de grand matin “рано утром”; coup de Jarnac / tour de Jarnac “вероломный удар, вероломный поступок”;

- словами, выражаемые понятия которых относятся друг к другу как часть к целому: la tête haute / le front haut “с высоко поднятой головой, гордо” (варьирование: tête “голова” / front “лоб”);

- словами, находящимися в родо-видовых отношениях; возможны следующие виды подобных отношений между варьирующимися компонентами: гипероним / гипоним: muet comme un poisson / muet comme une carpe “немой как рыба” (варьирование: poisson “рыба” / carpe “карп”); coeur de pierre / coeur de caillou “жесткое, каменное сердце” (варьирование: pierre “камень” / caillou “булыжник”); langue de serpent / langue de vipère “сплетник, клеветник” (варьирование: serpent “змея” / vipère “гадюка”) ; sec comme un hareng / sec comme un hareng saur “тощий как вобла” ( hareng “селедка” / hareng saur “копченная селедка”;

- разными количественными и порядковыми числительными: à deux pas de / à quatre pas deâ двух шагах от …, недалеко от … ”; en un mot comme en cent / en un mot comme en milleодним словом, короче гово”; tomber dans le troisème dessous / tomber dans trente-sixième dessous “ïопасть в бедственное положение; дойти до нище”.

III. Стилистические варианты. К ним относятся фразеологизмы, варьирующиеся компоненты которых являются стилистическими синонимами. Ср.: rire comme un bossu / rigoler comme un bossu “смеяться до слез, покатываться от смеха”; ficher le camp / foutre le camp “убраться, навострить лыжи”; manger du lion / bouffer du lion “проявлять небывалую энергию”; mettre qqn à la porte / flanquer qqn à la porte “âыставить кого-либо за дверь, выгнать кого-либо”; figure d’enterrement / gueule d’enterrement “постная физиономия, похоронный вид”.

IV. Квантитативные варианты. К ним относятся фразеологизмы, различающиеся степенью полноты. Фразеологические варианты этого типа образуются в результате препозиционного, интерпозиционного и постпозиционного усечения (реже – прибавления) одного или нескольких компонентов. Ср.: il n’y a rien à faire / rien à faire “íичего не поделаешь; с этим нужно мириться”; bon comme le bon pain / bon comme le pain “добрейшей души (человек)”; remettre aux calendes grecques / remettre aux calendes “ отложить до греческих календ, отложить в долгий ящик”.

Фразеологические синонимы. В отличие от фразеологических вариантов фразеологические синонимы построены на разных образах, следовательно, и восходят к разным источникам. Они характеризуются близостью или общностью значения, как правило, различаются по смысловым, а иногда и стилистическим оттенкам. Этим обусловлен тот факт, что фразеологические синонимы не могут, подобно вариантам, взаимозаменяться на денотативном уровне, ибо различие в образной основе исключает адекватную (абсолютно равноценную) замену одного синонимичного фразеологизма другим.

Здесь следует указать на специфику фразеологической синонимии, существенно отличающейся от синонимии лексической.

Лексические синонимы, как цельнооформленные языковые единицы – слова, выражают понятия (признаки, явления и т.п.) более абстрагированные и обобщенные, в силу чего смысловая связь между ними воспринимается как более тесная и близкая. Ср.: смелый – храбрый – отважный; искренний – откровенный – чистосердечный.

Фразеологические же синонимы выражают понятия (признаки, явления и т.п.) более конкретизированные и емкие, что обусловлено спецификой фразеологизмов как комплетивных раздельнооформленных единиц языка, служащих для образно-экспрессивной характеристики окружающей действительности. Именно эта специфика определяет более сложную семантическую структуру фразеологизмов, в том числе и фразеологических синонимов, которые, будучи связанными общей семой (архисемой), обладают индивидуальными, в частности смысловыми и стилистическими оттенками, значительно ослабляющими смысловую связь между членами синонимического ряда.

Возьмем для примера синонимический ряд фразеологизмов со значением “быть смелым”: avoir de l’estomac – n’avoir pas froid aux yeux – avoir du sang dans les veines. Все три фразеологизма объединены архисемой “ être courageux ”, но каждый из них содержит еще и другую, присущую только ему дифференциальную сему. Так, в значении первого синонима содержится дополнительная сема “дерзость”, в значении второго – сема “наглость”, а в значении третьего – сема “решимость”.

Французский язык, чрезвычайно богатый лексическими синонимами, обладает также весьма развитой фразеологической синонимией. Многие французские ФЕ образуют синонимические ряды, включающие большое число синонимов: умереть: s’en aller ; quitter le monde ; rendre l’âme ; rendre l’esprit ; rendre le dernier soupir ; partir pour l’autre monde ; aller ad patres ; finir ses jours ; fermer les yeux ; passer de vie à trépas ; descendre dans la tombe ; paraître devant Dieu ; mettre ses habits pour toujours (fam.) ; plier bagage (fam.) ; manger les pissenlits (fam.) ;partir / sortir les pieds en avant (fam.) ; y rester (fam.) ; avaler son extrait de naissance (fam.) ; passer l’arme à gauche (fam.) ; casser sa pipe (fam.) ; tourner de l’oeil (pop.).

Синонимические отношения больше всего характерны для фразеологизмов с отрицательно коннотированным значением. С этим связано и очень неравномерное распределение фразеологизмов французского языка по синонимическим рядам. Так, например, если ФЕ со значением “умереть” больше двадцати (см. выше), не считая арготических выражений, то ФЕ с противоположенным значением – “родиться” – всего два: venir au monde; voir le jour. Более того, значительная часть французских ФЕ вообще не имеет синонимов, Эти и подобные факты являются лишним свидетельством существенного отличия фразеологической синонимии от лексической синонимии, имеющей в целом более регулярный и более системный характер.

ТЕМА 9

J. Rey-Debove. Etude linguistique et sémiotique des dictionnaires contemporains. P., 1971.

Les dictionnaires unilingues

Bien qu’on puisse ouvrir un dictionnaire à n’importe quelle page pour en lire un article quelconque, ce n’est pas là son utilité. Le dictionnaire est un ouvrage de consultation qui permet d’aller du connu à l’inconnu, qui propose une réponse à une demande particulière d’information. En cela, il n’est pas vraiment un ouvrage de culture, qui constitue toujours plus ou moins une synthèse. [ …] Pour qu’un ouvrage soit consultable, c’est-à-dire pour trouver d’emblée un message dans un ensemble de messages, il faut un ordre codé. Pour savoir quel genre d’information on pourra trouver, il faut un programme d’information réalisé de façon constante. Le dictionnaire répond à ces deux exigences.

La plupart des dictionnaires présentent des messages formés de deux parties : un élément linguistique suivi d’un énoncé auquel il donne accès et qui s’y rapporte, constituant l’information explicite. L’élément linguistique s’appelle entrée, l’ensemble de l’entrée et du texte constitue un article. L’entrée est traditionnellement distinguée de la suite par un caractère typographique différent : la séparation entre les deux parties est toujours nette. Le texte qui suit l’entrée apporte un ou plusieurs types d’information selon le programme d’information de l’ouvrage. S’il y a plusieurs types d’informations, elles sont ordonnées.

On appellera macrostructure l’ensemble des entrées ordonnées, toujours soumises à une lecture verticale partielle lors du répérage de l’objet du message. On appellera microstructure l’ensemble des informations ordonnées de chaque article, réalisant un programme d’information constant pour tous les articles et qui se lisent horizontalement à la suite de l’entrée [ …] . La macrostructure est couramment nommée nomenclature.

A.Rey. Présentation du dictionnaire. In : Petit Robert. P., 1968.


Дата добавления: 2018-04-15; просмотров: 161; ЗАКАЗАТЬ РАБОТУ